Des affectations de pasteurs bilingues donnent un nouveau souffle aux églises coréennes en déclin

Other Manual Translations: English 한국어 Español

Points clés :

  • La Conférence du Wisconsin a lancé un nouveau type d’affectation, connu sous le nom d’affectation bilingue, pour aider à répondre à la tendance au déclin des églises coréennes et autres églises ethniques.
  • La Conférence s’approche de 50 % d’affectations interraciales.
  • Il y a plus d’avantages et une synergie importante pour les deux congrégations si un pasteur sert en deux langues pour deux congrégations dans un même bâtiment.

Le nombre d’églises Méthodistes Unies coréennes aux États-Unis a fortement diminué au cours des 20 dernières années.

Selon le révérend Chan-hee Kim, un pasteur Méthodiste Uni qui collecte des données sur les églises Méthodistes Unies coréennes depuis des décennies, le nombre d’églises Méthodistes Unies coréennes est passé de 400 en 2000 à 330 en 2010 et à seulement 243 en 2020, soit une baisse d’environ 40 %.

Il y a au moins une raison pour laquelle le taux de fermeture des églises coréennes est beaucoup plus élevé que celui des autres églises locales Méthodistes Unies aux États-Unis. 

Si le nombre de membres d’une congrégation anglophone chute à un niveau tel qu’elle ne peut survivre par elle-même, la conférence annuelle à laquelle elle appartient a au moins trois options : la fusion avec une autre église, l’affectation d’un pasteur pour servir deux églises ou la fermeture.

Cependant, ces alternatives ne sont pas toujours disponibles pour une église en déclin dont la congrégation est coréophone. Dans la plupart des cas, il n’y a pas d’autres églises à proximité pour fusionner ou fournir un pasteur pour deux églises. Donc, si une église non anglophone ne peut pas survivre par elle-même, elle est généralement fermée.

La Conférence du Wisconsin a mis en place un nouveau type créatif d’affectation, connu sous le nom d’affectation bilingue, pour aider à répondre à la tendance au déclin des églises coréennes et des autres églises ethniques et pour leur fournir en permanence une assistance pastorale et un lieu de culte. 

La pratique de la conférence consistant à envisager des affectations interculturelles/raciales a ouvert la voie aux affectations bilingues.

Un collage sur la salle de réunion de l’église Méthodiste Unie Immanuel à Kenosha, dans le Wisconsin, montre diverses activités et ministères réalisés par les trois églises — Immanuel, l’église Méthodiste Unie coréenne de Kenosha et Principe de Paz — qui partagent le bâtiment et les installations. Photo du révérend Thomas E. Kim, UM News. 
Un collage sur la salle de réunion de l’église Méthodiste Unie Immanuel à Kenosha, dans le Wisconsin, montre diverses activités et ministères réalisés par les trois églises — Immanuel, l’église Méthodiste Unie coréenne de Kenosha et Principe de Paz — qui partagent le bâtiment et les installations. Photo du révérend Thomas E. Kim, UM News.

« Il s’agit d’une affirmation théologique selon laquelle nous nous éloignons des relations entre locataires et propriétaires pour entrer dans un ministère relationnel plus profond ‘avec’ les personnes que Dieu nous donne pour faire connaître le Christ, » a déclaré le révérend Dan Schwerin, assistant de l’évêque Hee-Soo Jung de la Conférence du Wisconsin, ajoutant que près de la moitié des affectations de la Conférence étaient interraciales.

« Notre vision quadriennale visant à accroître la justice raciale et l’inclusion radicale n’est pas seulement programmatique, mais aussi dans notre déploiement afin que la vision de l’évêque soit intégrée dans notre vie commune, » a-t-il ajouté.

Le révérend Forrest Wells, surintendant du district Sud-Est, reconnaît également les défis et les difficultés des affectations interculturelles/raciales.

« Dans les affectations interraciales, nous pouvons être confrontés à des défis liés à la réaction de certaines personnes à une affectation, » a-t-il déclaré. « Parfois, il faut faire face à un racisme sous-jacent ou caché. Le cabinet et le personnel de la conférence tentent de travailler avec les congrégations en matière d’éducation et de transition lorsqu’une nouvelle affectation interraciale est mise en place. »

Wells a indiqué que le district du Sud-Est qu’il dessert est très actif en matière d’affectations interculturelles/raciales.

« Lors d’une réunion des pasteurs du district hier, j’avais 46 personnes présentes et seulement 21 de ces pasteurs étaient blancs, 25 étaient d’un arc-en-ciel d’ethnies et de langues, dont la plupart servent une affectation interraciale. »

Un autre obstacle à une affectation bilingue est de trouver un pasteur qui est prêt à servir deux congrégations avec des compositions ethniques différentes. En raison des difficultés et des défis, tous les membres du clergé ne sont pas réceptifs à l’idée.

« C’est une chose de naviguer entre deux cultures, mais c’est encore plus difficile de prêcher et de diriger dans deux langues différentes, en particulier dans sa deuxième langue. Je sais qu’un tel travail est épuisant en raison des exigences mentales, spirituelles, physiques et émotionnelles liées au changement constant de culture et de langue, » a-t-il déclaré. 

« Les exigences du pasteur dans ces situations font qu’il est difficile de servir à la fois une communauté anglophone et une communauté de nouveaux immigrants. Par exemple, le pasteur fait office de travailleur social pour les questions d’immigration, d’emploi et autres, en plus du rôle spirituel, plus traditionnel du clergé. »

Le révérend Sukhyun Jung de l’église Méthodiste Unie d’Edgerton à Janesville partage l’avis de Wells.

Jung, qui a servi pendant plus de sept ans une congrégation au Kansas composée de deux tiers de Coréens et d’un tiers d’Anglais, a déclaré : « J’étais épuisé et je voulais servir une congrégation anglophone uniquement, alors je suis venu dans le Wisconsin. » 

Néanmoins, bien qu’une affectation bilingue comporte des défis, il y a plusieurs avantages pratiques à affecter des pasteurs dans deux congrégations d’origines différentes.

Contrairement à un pasteur à temps plein qui sert dans deux langues, deux pasteurs à temps partiel doivent également occuper un autre emploi ou un poste ailleurs.

Tout en partageant son expérience d’une affectation bilingue, le révérend Hoon Kyoung Lee, directeur de la mission coréenne de la juridiction du Centre-Nord, reconnaît également qu’une affectation bilingue est une direction à prendre pour les églises coréennes.

Lee a donné l’exemple d’une église Méthodiste Unie coréenne à Tucson, en Arizona, qui avait perdu suffisamment de membres pour mettre sa survie en péril. L’église a fusionné avec une congrégation anglophone voisine et la Conférence du Desert Southwest a affecté le Révérend Eunyoung Ko, qui avait servi une congrégation anglophone dans la Conférence de l’Illinois du Nord. 

Du point de vue de la gestion, il est plus pratique d’avoir un pasteur à plein temps. Il y a plus d’avantages et une synergie importante pour les deux congrégations si un pasteur sert en deux langues pour deux congrégations dans un même bâtiment.

La plupart des églises coréennes ont construit ou acheté leurs bâtiments relativement récemment, alors que les membres des congrégations étaient des travailleurs et plus jeunes, et ont continuellement reçu de nouveaux membres pendant une vague d’immigration de 1990 à 2000.  

Au cours des 20 dernières années, les Américains d’origine coréenne des petites et moyennes villes se sont déplacés en masse vers les grandes villes et le Sud après leur retraite. Les congrégations ont diminué et ont vieilli. 

Selon Rick Reinhard, consultant en immobilier, l’immobilier est devenu un fardeau pour les petites églises « plus coûteuses à entretenir, avec des hausses de prix pour les services publics, les assurances et les réparations. » Il est plus difficile financièrement pour les églises coréennes en déclin d’entretenir et de conserver leurs bâtiments en raison des hypothèques qu’elles doivent payer en plus des dépenses d’entretien.

Le révérend Sungkeun Kim, pasteur de la So Beautiful Korean United Methodist Church à Milwaukee, reconnaît que son église a du mal à payer l’hypothèque, les services publics et d’autres factures pour conserver le bâtiment de l’église, et envisage de partager des installations avec d’autres églises voisines ainsi que la possibilité d’une affectation bilingue.

Selon Wells, l’un des meilleurs exemples de pasteur servant en deux langues pour deux congrégations dans un même bâtiment est le révérend Peter Daekyu Lee. Il a été affecté à l’Immanuel United Methodist Church et à la Kenosha Korean United Methodist Church, toutes deux situées à Kenosha, depuis juillet 2020. Les deux églises et une congrégation hispanique, Principe de Paz, partagent volontiers le bâtiment et le ministère. Elles chantent des chants de Noël, visitent des maisons de retraite, nourrissent les sans-abris et font ensemble le nettoyage de l’église au printemps et à l’automne.

Les trois congrégations ont récemment terminé ensemble le projet de construction de 80 000 $ d’Immanuel, en refaisant la toiture de l’église, en la peignant et en modernisant la climatisation sans aucune dette. Elles ont organisé des événements ensemble, notamment des ventes de charité et d’autres collectes de fonds.

« Il n’aurait pas été possible de terminer le projet sans dette si Immanuel était seul, » a déclaré Lee.  

Wells a déclaré que Lee a été « pleinement adopté » et que les congrégations coréenne et anglaise se sont déjà senties « habilitées, revitalisées et vitales » grâce au ministère qu’il a fourni.

« Lee est un pont exceptionnel et un témoin de la grâce du Christ, » a-t-il ajouté. 

Kim est le directeur des rédactions coréennes et asiatiques à United Methodist Communications. Contact Médias : newsdesk@umcom.org


Aimez-vous ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières actualités de notre dénomination, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible d’impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.
Le Conseil des Evêques
Photo de Mike DuBose, UM News.

L’évêque Wilbur Choy meurt à 103 ans

Le premier évêque américain d’origine asiatique élu dans l’Église Méthodiste Unie a contribué à la diversification ethnique et raciale de cette Église. Il avait également un grand sens de l’humour.